Formation en ligne : pourquoi nous ne ferons pas des vidéos de « bonne qualité »

Formation en ligne : pourquoi nous ne ferons pas des vidéos de « bonne qualité »

Dimanche soir, à minuit, nous clôturerons les inscriptions à notre formation en ligne « piloter sa vie et ses projets avec la permaculture humaine ». On profite de l’occasion pour vous dire pourquoi nos vidéos ne seront pas de « bonne qualité ». Bizarre ? Non, sérieux !

« Si l’on veut être sérieux avec les objectifs de transition énergétique, il est indispensable de prendre en compte l’impact du numérique, qui est en croissance exponentielle. »
Matthieu Auzanneau, Directeur général, The Shift Project

« Les opportunités du numérique étant précieuses, mieux les calibrer est essentiel pour en préserver l’utile. Être ‘sobre’ à l’échelle de notre société, c’est donc réinventer nos usages pour qu’ils soient compatibles avec les contraintes climatiques. »
Maxime Efoui-Hess, auteur du rapport, The Shift Project

Difficile de parler d’écologie, de réduction de notre empreinte écologique, etc… dans nos formations et auprès de nos clients, sans appliquer à nous-même ces principes ! Le numérique émet aujourd’hui 4 % des gaz à effet de serre du monde, et sa consommation énergétique s’accroît de 9 % par an. Alors dans ces conditions, faut-il faire, ou non, de la formation en ligne ? Il n’existe évidemment aucune réponse « toute faite » à cette question, mais 3 éléments ont guidé notre choix :

  • Nous pensons, comme le dit Maxime Efoui-Hess, que le numérique devrait être considéré comme une opportunité rare et précieuse, réservée à des usages jugés importants et utiles pour notre avenir. Notre mission, qui est d’accompagner et de soutenir les démarches de transition, nous semble rentrer dans cette catégorie.
  • Il est de la responsabilité des personnes qui diffusent des contenus (et particulièrement la vidéo), mais aussi des personnes qui les consomment sur le net, d’adopter des pratiques vertueuses. Nous avons fait ce choix en suivant les conseils prodigués par The Shift Project en matière de responsabilité écologique sur la question numérique (voir l’outil n°2, présenté plus bas dans cet article).

The Shift Project a publié en octobre 2018 le rapport « Lean ICT – Pour une sobriété numérique » (2018). L’ONG recommande de rendre la transition numérique compatible avec les impératifs climatiques et les contraintes sur les ressources naturelles et énergétiques. La sobriété numérique consiste à prioriser l’allocation des ressources en fonction des usages, afin de se conformer aux limites planétaires, tout en préservant les apports sociétaux les plus précieux des technologies numériques. Cela nécessite d’interroger la pertinence de nos usages du numérique – ce qu’ils font pour la vidéo dans ce rapport que nous vous invitons vivement à lire : « Climat : l’insoutenable usage de la vidéo en ligne – Un cas pratique pour la sobriété numérique » (2019).

Pour accompagner la sortie du rapport, The Shift Project a proposé trois outils pour rendre visible l’impact environnemental du numérique auprès des utilisateurs et citoyens. L’objectif est qu’ils prennent la mesure des conséquences de la consommation de données, et plus particulièrement de vidéos. Deux outils permettent de rendre visible l’invisible, et le troisième permet d’agir sur la production et mise en ligne de vidéos en tant que professionnel ou simple amateur.

OUTIL N°1 : CETTE VIDEO RECHAUFFE LE CLIMAT : MERCI DE LA REGARDER

OUTIL N°2 : COMMENT RÉDUIRE EN 5 MINUTES LE POIDS D’UNE VIDÉO TOUT EN GARDANT UNE BONNE QUALITÉ ? [GUIDE]

L’équipe du Shift met à la disposition de toutes et tous un guide de 4 pages permettant de réduire le poids d’une vidéo tout en gardant une bonne qualité. Nous suivons cette méthode pour toutes les vidéos des formations en ligne proposées par Avec le Vivant.

Cliquez sur l'image pour télécharger le guide

Vous êtes libre d’utiliser et de diffuser ce guide : c’est pour cela qu’il a été fait ! N’hésitez pas à accélérer sa diffusion, par exemple en renvoyant vers cette page : https://theshiftproject.org/guide-reduire-poids-video-5-minutes/. Vous pouvez par exemple écrire sous vos vidéos ou autre part :


Le poids de cette vidéo a été réduit, car réduire le poids de ses vidéos réduit l’énergie nécessaire pour les diffuser, et donc les émissions de gaz à effet de serre qui y sont liés. Voici un court guide qui permet de réduire fortement le poids de vos vidéos : https://theshiftproject.org/guide-reduire-poids-video-5-minutes/

OUTIL N°3 : « CARBONALYSER » : L’EXTENSION DE NAVIGATEUR QUI RÉVÈLE COMBIEN SURFER SUR LE WEB COÛTE AU CLIMAT

L’extension de navigateur (ou add-on« Carbonalyser » vous permet de visualiser la consommation électrique et les émissions de gaz à effet de serre (GES) associées à votre navigation internet.

Il permet de se représenter la matérialité de nos usages numériques, afin de comprendre que même cachés derrière notre écran, les impacts du Numérique sur le climat et les ressources sont véritables.

Pour chiffre ces impacts, le programme :

  • Comptabilise la quantité de données transitant via le navigateur,
  • Traduit ce trafic en consommation électrique (via le modèle « 1byte » développé par The Shift Project),
  • Traduit cette consommation électrique en émissions de CO2e selon la zone géographique choisie.

Néanmoins, Carbonalyser n’est pas un outil d’évaluation ou d’audit. Il s’agit d’un support de sensibilisation individuelle, qui permet d’aider à visualiser un certain aspect de nos usages en ligne, au travers de comparaisons et d’indications sur la consommation électrique et émissions associées. Ces résultats ne sont donc pas des mesures de l’impact véritable des activités en ligne, mais des indicateurs d’ordres de grandeurs moyens obtenus par extrapolation d’un modèle macroscopique construit sur des moyennes statistiques mondiales. Carbonalyser n’est à utiliser que pour alimenter des réflexions individuelles sur ses propres usages ou pour inspirer la mise au point d’outils d’évaluation précise des impacts des activités en ligne.


Pour en savoir + sur cette formation, voir la rubrique des Questions Fréquentes de la formation « Piloter sa vie et ses projets avec la permaculture humaine ».

admin

Articles similaires

Les inscriptions à la formation « Piloter sa vie avec la permaculture humaine » sont ouvertes !

Les inscriptions à la formation « Piloter sa vie avec la permaculture humaine » sont ouvertes !

Lancement de la formation en ligne « Piloter sa vie et ses projets avec la permaculture humaine »

Lancement de la formation en ligne « Piloter sa vie et ses projets avec la permaculture humaine »

Podcast : Le Biomimétisme sur France Inter avec Tarik Chakchak

Podcast : Le Biomimétisme sur France Inter avec Tarik Chakchak

Penser l’humain et le non-humain avec Philippe Descola

Penser l’humain et le non-humain avec Philippe Descola

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui sommes-nous ?

Nous sommes Jessica & Samuel Bonvoisin, un couple d’agronomes trentenaires vivant dans la vallée de la Drôme. Nous sommes impliqués depuis 15 ans dans la transition écologique, particulièrement sur les thèmes de l’agriculture et de l’éducation. Nous portons depuis 2014 le projet de l’Oasis de Serendip.

En savoir +

Prochains événements

  1. Formation en ligne « Piloter sa vie et ses projets avec la permaculture humaine »

    novembre 16 - décembre 20

Articles populaires

Fil Twitter